Japon Kyoto

Une journée pour découvrir le Kyoto impérial (Japon)

Des traditions vieilles de plus d’un millénaire, des temples à couper le souffle, des geishas, de sublimes jardins : vous venez d’arriver à Kyoto !

.

Nous avons pris le fameux train « Shinkansen » de Tokyo et sommes arrivés quelques heures plus tard dans la magnifique ville de Kyoto. Visiter Kyoto et ses nombreux temples était un rêve devenu réalité. Pour moi c’est ici que le Japon traditionnel est le plus palpable. Nous ne sommes restés qu’un jour à Kyoto ce qui n’est vraiment pas assez pour voir toutes les richesses que la ville a à offrir mais nous avons tout de même passé une journée très agréable en allant d’un temple à l’autre.

Quelques mots d’histoire

Kyoto, qui se trouve au centre de l’île de Honshu, fut la capitale du Japon impérial de 794 à 1868. Ayant été le cœur névralgique du Japon pendant plus de mille ans, la ville a été embellie de magnifiques temples et a développé des traditions qui existent toujours aujourd’hui : la cérémonie du thé, les arts des geishas, l’iconographie bouddhiste. Aujourd’hui, Kyoto reste au centre de la vie culturelle du Japon et plusieurs de ces temples sont inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Parmi les 2000 temples que compte la ville de Kyoto, nous avons eu la chance d’en visiter quatre durant le peu de temps que nous avons pu passer sur place (Nishi-Honganji, Kiyomizu, Kinkaku-ji et Yasaka Shrine) et nous nous sommes promenés dans le magnifique quartier de Gion.

Le temple Nishi-Honganji

Nous avons commencé notre journée à Kyoto avec la visite du temple Nishi-Honganji qui se trouve tout proche de la gare. Ce temple, qui fut construit en 1591 par Toyotomi Hidetoshi, est considéré comme l’un des plus bel exemple de l’architecture de cette période. Nous sommes entrés par cette imposante porte.

29_01 29_02 29_03 29_04 29_05

Kinkaku-ji

Nous sommes ensuite allés découvrir le temple qui m’a le plus plu durant tout notre séjour au Japon : le golden temple!

Kinkaku-ji, aussi connu sous le nom de « golden temple”, est l’un des bâtiments les plus connus au Japon. Les deux étages supérieurs de ce magnifique temple qui se reflète dans les eaux d’un petit étang sont entièrement recouverts de feuilles d’or! Le temple se trouve par ailleurs dans un magnifique jardin japonais.

Ce pavillon qui fut construit à la fin du 14e siècle servait alors de villa au shogun de l’époque, Ashikaga Yoshimitsu. A la mort de celui-ci, le bâtiment fut converti en un temple boudhiste. L’histoire du temple est alors tragique puisqu’il fut détruit plusieurs fois par les flammes et plus récemment en 1950 lorsqu’un moine fanatique mit feu au bâtiment. Le temple que l’on peut visiter aujourd’hui fut reconstruit en 1955.

29_06 29_07 29_0829_09 29_11

J’ai adoré ces petites poupées à la boutique souvenir !

29_12

Kiyomizu-dera Hondo

Nous sommes ensuite allés découvrir Kiyomizu-dera Hondo, un impressionnant temple en bois de 12 mètres de hauteur construit à flanc de montagne et soutenu par une série de piliers.

Ce temple fut construit en 778, avant même que Kyoto ne devienne la capitale du Japon. Il a malheureusement également brûlé plusieurs fois et la plupart des bâtiments que l’on peut voir aujourd’hui furent reconstruits dans les années 1630. Aucun clou n’a été utilisé pour la construction du temple et plus de 410 cyprès ont été nécessaires.

Ce site est à l’origine de l’expression japonaise équivalente à « faire le grand saut ». Autrefois, la légende disait que quiconque s’élançant du temple et survivant à la chute !de 12 mètres verrait ses vœux exhaussés. 85% des personnes ayant tenté le saut auraient survécu mais l’histoire ne dit pas si leurs vœux ont été réalisés ! La pratique est depuis longtemps interdite.

29_13

Ce complexe se compose d’une pagode, d’une chute d’eau et de plusieurs temples.

Pour y accéder, nous avons monter le long d’une rue piétonne animée bordée de boutiques de souvenirs et de nombreux restaurants. Comme un peu partout à Kyoto, nous avons vu de nombreuses femmes vêtues du traditionnel kimono. Nous avons appris que les Japonais aiment s’habiller de manière traditionnelle lorsqu’ils se rendent à Kyoto.

29_14 29_15 29_16 29_17

Nous sommes ensuite arrivés à “niomon”, l’impressionnante entrée de ce complexe.

29_18 29_20 29_21

Parmi les nombreux temples, nous avons particulièrement apprécié le temple Jishu, édifié en l’honneur du dieu de l’amour. On y trouve une paire de pierres situées à 6 mètres l’une de l’autre. La légende dit que si l’on parvient à se rendre d’une pierre à l’autre les yeux fermés, on rencontrera alors l’amour.

29_22 29_23 29_24 

Nous avons bien aimé ce petit salon de thé en plein air ! Attention à ne pas oublier d’enlever ses chaussures comme très souvent au Japon !

29_25

Le temple Yasaka

Le dernier temple que nous avons visité à Kyoto est le temple Yasaka qui se trouve dans le fameux quartier de Gion.

Le temple Yasaka, aussi connu sous le nom de temple de Gion, fut tout d’abord construit en 656, mais la plupart des bâtiments que l’on peut voir aujourd’hui datent de la reconstruction de 1654.

Nous sommes entrés par une magnifique porte de couleur rouge vif à deux étages. On y accède en grimpant quelques marches. L’entrée serait protégées des esprits grâce aux deux statues Shinto que l’on trouve de part et d’autre.

29_26

Une fois entrés sur le site, nous avons pu apercevoir deux bâtiments : un hall sur notre gauche et une scène religieuse en face de nous.

Les croyants et les touristes essaient de réveiller les dieux en faisant sonner les cloches qui se trouvent à l’entrée du bâtiment avant d’aller prier au niveau de l’autel.

29_28

En face du hall se trouve une scène pour les cérémonies religieuses. Les centaines de lanternes qui décorent le lieu sont allumées la nuit et portent le nom des sponsors locaux.

29_3029_3229_29 29_31

Le quartier de Gion

Nous avons terminé notre journée d’exploration de la magnifique ville de Kyoto par la visite du quartier de Gion.

Ce quartier s’est développé au moyen-âge. C’est là que résidaient les visiteurs du tout proche temple de Yasaka. Le quartier s’est ensuite développé et s’est fait connaître comme le quartier raffiné des geishas. Les petites ruelles sont toujours bordées de bâtiments traditionnels en bois, de salons de thé et de restaurants. Les façades des bâtiments sont assez étroites (5 à 6 mètres de large) car les impôts étaient autrefois calculés sur la base de la largeur de la façade. Les bâtiments s’étendent alors plusieurs mètres en profondeur.

Si vous avez de la chance, vous apercevrez peut-être une geisha. Si elles étaient 100 000 avant la Deuxième guerre mondiale, elles ne sont aujourd’hui plus que 1 000. De nombreuses jeunes filles souhaitent devenir geisha mais la formation est très stricte. Elles doivent maîtriser à la perfection des arts du chant, de la danse, du Samisen, la lute japonaise traditionnelle, et l’art de la conversation. Les geishas sont fières de dire qu’elles peuvent parler de n’importe quoi avec n’importe qui.

Malheureusement, nous ne sommes pas restés assez longtemps pour pouvoir entrevoir une geisha. Peut-être la prochaine fois!

29_33 29_3429_36 29_37

J’espère que vous avez apprécié cette balade à Kyoto. Moi je n’ai qu’une envie, y retourner !

Pour aller plus loin

  • Prochain arrêt: Sapporo. Cliquez ici pour lire l’article.
  • Tous les articles sur ce pays: cliquez ici pour afficher tous les articles sur le Japon.

– Notre voyage au Japon –

Cliquez sur les marqueurs pour plus de détail

 

.

You Might Also Like

1 Comment

  • Reply Premier aperçu de Tokyo ou l'impression d'avoir atterri sur une autre planète (Japon) - La petite valise d'Aurélie 19 février 2016 at 20 h 34 min

    […] arrêt: Kyoto. Cliquez ici pour lire […]

  • Leave a Reply